Bienvenue !

Votre recherche parmi 2 millions de références

Problème de recherche?
  • Mon panier

    Votre panier est vide

    Votre panier est vide.

Connaissez-vous les Clubs Livremoi.ma ?

Icon Le Club Grands Lecteurs (à partir de 3000 Dhs par an) bénéficient d'une réduction permanente de 5 % sur leurs achats.
Icon Le Club Très Grands Lecteurs (à partir de 5000 Dhs par an) bénéficient d'une réduction permanente de 7.5 % sur leurs achats.
IconLe Club Grandissimes Lecteurs (à partir de 7500 Dhs par an) bénéficient d'une réduction permanente de 10 % sur leurs achats.
Icon Le Club Littéraire (à partir de 10000 Dhs par an) bénéficient d'une réduction permanente de 12 % sur leurs achats.

CODA MAGAZINE

6 numéros
magazine format : papier


Coda était un magazine canadien consacré à la couverture de tout ce qui touche au jazz . Le magazine produit 6 publications par an sur une base bimensuelle. Fondée en 1958 paréditeur et producteur John Norris , le magazine contientcritiques etarticles surartistes de jazz actuels sur la scène internationale, ainsi quearticles surenregistrements de jazz,livres de jazz etautres sujets liés au jazz. En 1976 Norris a été remplacé par le saxophoniste Bill Smith .
le magazine Coda. Dans le langage musical, une coda signifie la reprise, la répétition d’une mesure, ce qui colle bien à l’esprit de la techno, musique répétitive s’il en est. Le magazine est donc largement distribué au niveau national et adopte tout d’abord une parution bimestrielle – tous les deux mois – avant de devenir un mensuel en avril 1995. Alors que la presse rock continue de bouder – quand ce n’est pas dénigrer – les musiques électroniques, Coda devient une référence en la matière. Pour se démarquer et inventer une nouvelle forme de journalisme musical, le magazine choisit de ne pas mettre d’artistes sur ses couvertures. Celles-ci présentent au contraire des photos de raveurs anonymes ou des illustrations d’artistes numériques. De jeunes journalistes y font leurs premières armes comme Jean-Yves Leloup, Jean-Philippe Renoult et Étienne Racine. Les photos sont également très soignées et le plus souvent exclusives grâce aux photographes Pierre-Emmanuel Rastoin et Olivier Degorce. Coda va s’employer à présenter la techno/house et ses dérivés comme une véritable culture et non un simple “son” prêt à danser. Un sacerdoce qu’il effectuera seul pendant plusieurs années avant l’apparition de son principal concurrent, Trax, en 1997. Après plusieurs changements de lignes éditoriales – les artistes finissent par poser en couv’– le mensuel publiera son dernier numéro en 2006.

490,00 DH

Détails

6 numéros
magazine format : papier

Coda était un magazine canadien consacré à la couverture de tout ce qui touche au jazz . Le magazine produit 6 publications par an sur une base bimensuelle. Fondée en 1958 paréditeur et producteur John Norris , le magazine contientcritiques etarticles surartistes de jazz actuels sur la scène internationale, ainsi quearticles surenregistrements de jazz,livres de jazz etautres sujets liés au jazz. En 1976 Norris a été remplacé par le saxophoniste Bill Smith .
le magazine Coda. Dans le langage musical, une coda signifie la reprise, la répétition d’une mesure, ce qui colle bien à l’esprit de la techno, musique répétitive s’il en est. Le magazine est donc largement distribué au niveau national et adopte tout d’abord une parution bimestrielle – tous les deux mois – avant de devenir un mensuel en avril 1995. Alors que la presse rock continue de bouder – quand ce n’est pas dénigrer – les musiques électroniques, Coda devient une référence en la matière. Pour se démarquer et inventer une nouvelle forme de journalisme musical, le magazine choisit de ne pas mettre d’artistes sur ses couvertures. Celles-ci présentent au contraire des photos de raveurs anonymes ou des illustrations d’artistes numériques. De jeunes journalistes y font leurs premières armes comme Jean-Yves Leloup, Jean-Philippe Renoult et Étienne Racine. Les photos sont également très soignées et le plus souvent exclusives grâce aux photographes Pierre-Emmanuel Rastoin et Olivier Degorce. Coda va s’employer à présenter la techno/house et ses dérivés comme une véritable culture et non un simple “son” prêt à danser. Un sacerdoce qu’il effectuera seul pendant plusieurs années avant l’apparition de son principal concurrent, Trax, en 1997. Après plusieurs changements de lignes éditoriales – les artistes finissent par poser en couv’– le mensuel publiera son dernier numéro en 2006.

Informations complémentaires

ISBN / EAN 1249-2345
Editeur Non
Auteur Non
Date de publication --
Genre Non
previous next

Vous pourriez également être intéressé par le(s) produit(s) suivant(s)