Bienvenue !

Votre recherche parmi 2 millions de références

Problème de recherche?
  • Mon panier

    Votre panier est vide

    Votre panier est vide.

Connaissez-vous les Clubs Livremoi.ma ?

Icon Le Club Grands Lecteurs (à partir de 3000 Dhs par an) bénéficient d'une réduction permanente de 5 % sur leurs achats.
Icon Le Club Très Grands Lecteurs (à partir de 5000 Dhs par an) bénéficient d'une réduction permanente de 7.5 % sur leurs achats.
IconLe Club Grandissimes Lecteurs (à partir de 7500 Dhs par an) bénéficient d'une réduction permanente de 10 % sur leurs achats.
Icon Le Club Littéraire (à partir de 10000 Dhs par an) bénéficient d'une réduction permanente de 12 % sur leurs achats.

Figures du Palestinien

Peuple expulsé de sa terre en 1948, les Palestiniens, sans jamais
oublier ou négliger leur histoire, se définissaient d'abord par leur
géographie si particulière, celle de la Terre sainte. Trois figures
retracent leur identité de devenir.
Gens de la Terre sainte : du temps de l'Empire ottoman, les
Palestiniens, plus encore qu'Arabes occupés, se définissent par le pays
où coexistent communautés et religions et dont les paysages sont marqués
par les fusions des lieux de culte et de pèlerinages des monothéismes.
Arabes de Palestine : du temps du Mandat britannique, lorsque se bâtit
le «Foyer» sioniste qui prétend appuyer ses droits sur une antériorité
des Juifs sur les Arabes, au point que la «montée» vers la Palestine est
un retour et non une venue, les Palestiniens, pris dans la double
tourmente des colonialismes britannique et juif, deviennent, malgré
résistance et révoltes, graduellement des étrangers sur leur propre
terre.
L'Absent ou le Palestinien invisible : après l'expulsion de 1948, alors
que le nouvel État d'Israël gère les biens des expulsés comme «biens des
absents» et qu'il efface ou modifie méthodiquement, au fil des années
toponymie et topographie, les Palestiniensn parqués par villages entiers
dans les camps de réfugiés, cultivent la mémoire des lieux et
nourrissent l'idée du retour.
Après des siècles de présence chez lui, le peuple palestinien réclame un
État, puisque la communauté et le droit international ont érigé
l'État-nation en seule forme possible, pour un peuple, de présence libre
et souveraine sur sa terre.
80,00 DH

Détails

Peuple expulsé de sa terre en 1948, les Palestiniens, sans jamais oublier ou négliger leur histoire, se définissaient d'abord par leur géographie si particulière, celle de la Terre sainte. Trois figures retracent leur identité de devenir. Gens de la Terre sainte : du temps de l'Empire ottoman, les Palestiniens, plus encore qu'Arabes occupés, se définissent par le pays où coexistent communautés et religions et dont les paysages sont marqués par les fusions des lieux de culte et de pèlerinages des monothéismes. Arabes de Palestine : du temps du Mandat britannique, lorsque se bâtit le «Foyer» sioniste qui prétend appuyer ses droits sur une antériorité des Juifs sur les Arabes, au point que la «montée» vers la Palestine est un retour et non une venue, les Palestiniens, pris dans la double tourmente des colonialismes britannique et juif, deviennent, malgré résistance et révoltes, graduellement des étrangers sur leur propre terre. L'Absent ou le Palestinien invisible : après l'expulsion de 1948, alors que le nouvel État d'Israël gère les biens des expulsés comme «biens des absents» et qu'il efface ou modifie méthodiquement, au fil des années toponymie et topographie, les Palestiniensn parqués par villages entiers dans les camps de réfugiés, cultivent la mémoire des lieux et nourrissent l'idée du retour. Après des siècles de présence chez lui, le peuple palestinien réclame un État, puisque la communauté et le droit international ont érigé l'État-nation en seule forme possible, pour un peuple, de présence libre et souveraine sur sa terre.

Informations complémentaires

ISBN / EAN 9954419322
Editeur NULL
Auteur Elias Sanbar
Date de publication 24-07-2011
Genre Non