Bienvenue !

Votre recherche parmi 2 millions de références

Problème de recherche?
  • Mon panier

    Votre panier est vide

    Votre panier est vide.

Connaissez-vous les Clubs Livremoi.ma ?

Icon Le Club Grands Lecteurs (à partir de 3000 Dhs par an) bénéficient d'une réduction permanente de 5 % sur leurs achats.
Icon Le Club Très Grands Lecteurs (à partir de 5000 Dhs par an) bénéficient d'une réduction permanente de 7.5 % sur leurs achats.
IconLe Club Grandissimes Lecteurs (à partir de 7500 Dhs par an) bénéficient d'une réduction permanente de 10 % sur leurs achats.
Icon Le Club Littéraire (à partir de 10000 Dhs par an) bénéficient d'une réduction permanente de 12 % sur leurs achats.

Le pain nu

C’est l’histoire d’une famille rifaine poussée par la faim, obligée de fuir les montagnes pour se réfugier à Tanger. La faim est le personnage principal de ce récit autobiographique avec des images, des mots d’enfant d’autant plus poignants : « mes intestins se touchaient en faisant du bruit » ou encore « j’eus tellement faim… Je suçais mes doigts. Je vomissais de la salive ». Ajoutée à la faim il y a la violence du père, gratuite, haineuse, méchante. Il veut tuer ce père qui ne fait que du mal ; il a tué son jeune frère de ses propres mains, dans l’impunité totale. Son père exploite, Mohamed et sa femme (vendeuse de légumes au marché) alors que lui dépense l’argent gagné dans les cafés, à fumer du kif et à se saouler. Ajoutez à cela qu’il les bat pour déverser sa hargne. De sa mère, Mohamed ne retient que les larmes et le ventre qui se gonfle et se vide. L’école de la rue ne lui épargne ni la drogue, ni les coups, ni encore la faim ; sa seule hantise est de se faire violer pendant son sommeil, sur un carton, au milieu de détritus. Il se réfugie dans les cimetières, on ne risque rien avec les morts. Puis c’est la faim sexuelle, l’éveil. Le livre se termine quand même sur une note optimiste : Mohamed s’inscrit à l’école à l’âge de vingt ans. 
15,00 DH

Détails

C’est l’histoire d’une famille rifaine poussée par la faim, obligée de fuir les montagnes pour se réfugier à Tanger. La faim est le personnage principal de ce récit autobiographique avec des images, des mots d’enfant d’autant plus poignants : « mes intestins se touchaient en faisant du bruit » ou encore « j’eus tellement faim… Je suçais mes doigts. Je vomissais de la salive ». Ajoutée à la faim il y a la violence du père, gratuite, haineuse, méchante. Il veut tuer ce père qui ne fait que du mal ; il a tué son jeune frère de ses propres mains, dans l’impunité totale. Son père exploite, Mohamed et sa femme (vendeuse de légumes au marché) alors que lui dépense l’argent gagné dans les cafés, à fumer du kif et à se saouler. Ajoutez à cela qu’il les bat pour déverser sa hargne. De sa mère, Mohamed ne retient que les larmes et le ventre qui se gonfle et se vide. L’école de la rue ne lui épargne ni la drogue, ni les coups, ni encore la faim ; sa seule hantise est de se faire violer pendant son sommeil, sur un carton, au milieu de détritus. Il se réfugie dans les cimetières, on ne risque rien avec les morts. Puis c’est la faim sexuelle, l’éveil. Le livre se termine quand même sur une note optimiste : Mohamed s’inscrit à l’école à l’âge de vingt ans. 

Informations complémentaires

ISBN / EAN 9954415424
Editeur NULL
Auteur Mohamed Choukri
Date de publication 28-06-2011
Genre Non

Vous pourriez également être intéressé par le(s) produit(s) suivant(s)