Retrouvailles

Veronica croit connaître son frère, et pourtant, le jour où elle apprend qu'il s'est jeté dans la mer, elle s'aperçoit qu'elle en sait très peu sur lui. Dans de fébriles nuits d'écriture, elle capte et recompose les images du passé pour comprendre. Lauréate avec ce roman du prestigieux Booker Prize, Anne Enright appartient à cette littérature irlandaise qui marie rigueur artistique et franc-parler explosif. Enfants, ils se confiaient tous leurs secrets ; une fois adultes, Veronica et son frère Liam sont finalement restés assez proches malgré leurs styles de vie diamétralement opposés. Elle, qui a maintenant 39 ans, s'est rangée, s'est mariée, et vit confortablement en élevant deux enfants. Liam n'a pas changé, il est toujours tels qu'ils étaient tous les deux à 20 ans : un peu borderline, porté sur l'alcool, original et spontané, un peu fou, jamais faux. Veronica croit le connaître, et pourtant, le jour où elle apprend qu'il s'est jeté dans la mer vêtu d'un gilet fluo, les poches pleines de pierres, elle s'aperçoit qu'elle en sait très peu sur son frère. C'est elle qui est censée informer leur mère et se charger des tracasseries administratives - elle est la seule, d'un clan de neuf enfants survivants, dont la vie semble stable et le caractère assez fort pour résister aux sales coups du destin. Par vagues, la haine submerge Veronica, elle raconte à la première personne comment l'écriture est devenue, suite au décès de son frère, une question de survie. Elle écrit ce roman dans l'urgence, dans une rage tout juste retenue. Elle cherche, évidemment, à comprendre pourquoi les enfants Hegarty ont cette fâcheuse tendance à mourir, mais elle tente aussi d'évacuer tout ce désastre familial, profondément inscrit dans ses tripes - ici, une distance raisonnable n'est pas de mise. Tout en " assurant ", en organisant les retrouvailles familiales pour les obsèques de Liam, elle sent sa propre vie se dérégler. Ses souvenirs d'enfance reviennent l'envahir, elle dort le jour, écrit la nuit. Le roman est ainsi un récit nocturne, un récit d'ombres et de fantômes. Rien n'est sûr, sinon sa peur, sa rage et son désir de connaître la vérité. Liam et elle avaient été en partie élevés par leur grand-mère, Ada, car leur mère, éternellement enceinte, n'arrivait même plus à retenir le nom de tous ses enfants ni à s'en occuper convenablement. Veronica capte et recompose des images du passé, des images datant de la jeunesse de cette grand-mère qui avait sagement renoncé au grand amour de sa vie, décision dont les conséquences semblent avoir influé sur le sort de Liam. Liam, lorsqu'il n'avait neuf ans, a vécu quelque chose dans la maison de sa grand-mère, dont Veronica aimerait à présent avoir su le protéger. Réussira-t-elle à en parler avec ses frères et soeurs, ou même avec leur mère, le jour des retrouvailles ? Retrouvailles est un roman qui parle d'amour et de déception, de désirs forts et de frustration, tout en procurant le plaisir d'une lecture littéraire de qualité. Anne Enright qui a reçu pour ce roman, en 2007, le prestigieux Booker Prize, appartient à cette tradition de rigueur artistique et de franc-parler irlandais qui, depuis toujours, est potentiellement explosif. "Et la vérité vous libérera" - comme le croyaient les premiers naturalistes.
Prix spécial 190,00 DH Ancien prix 280,00 DH
Veronica croit connaître son frère, et pourtant, le jour où elle apprend qu'il s'est jeté dans la mer, elle s'aperçoit qu'elle en sait très peu sur lui. Dans de fébriles nuits d'écriture, elle capte et recompose les images du passé pour comprendre. Lauréate avec ce roman du prestigieux Booker Prize, Anne Enright appartient à cette littérature irlandaise qui marie rigueur artistique et franc-parler explosif. Enfants, ils se confiaient tous leurs secrets ; une fois adultes, Veronica et son frère Liam sont finalement restés assez proches malgré leurs styles de vie diamétralement opposés. Elle, qui a maintenant 39 ans, s'est rangée, s'est mariée, et vit confortablement en élevant deux enfants. Liam n'a pas changé, il est toujours tels qu'ils étaient tous les deux à 20 ans : un peu borderline, porté sur l'alcool, original et spontané, un peu fou, jamais faux. Veronica croit le connaître, et pourtant, le jour où elle apprend qu'il s'est jeté dans la mer vêtu d'un gilet fluo, les poches pleines de pierres, elle s'aperçoit qu'elle en sait très peu sur son frère. C'est elle qui est censée informer leur mère et se charger des tracasseries administratives - elle est la seule, d'un clan de neuf enfants survivants, dont la vie semble stable et le caractère assez fort pour résister aux sales coups du destin. Par vagues, la haine submerge Veronica, elle raconte à la première personne comment l'écriture est devenue, suite au décès de son frère, une question de survie. Elle écrit ce roman dans l'urgence, dans une rage tout juste retenue. Elle cherche, évidemment, à comprendre pourquoi les enfants Hegarty ont cette fâcheuse tendance à mourir, mais elle tente aussi d'évacuer tout ce désastre familial, profondément inscrit dans ses tripes - ici, une distance raisonnable n'est pas de mise. Tout en " assurant ", en organisant les retrouvailles familiales pour les obsèques de Liam, elle sent sa propre vie se dérégler. Ses souvenirs d'enfance reviennent l'envahir, elle dort le jour, écrit la nuit. Le roman est ainsi un récit nocturne, un récit d'ombres et de fantômes. Rien n'est sûr, sinon sa peur, sa rage et son désir de connaître la vérité. Liam et elle avaient été en partie élevés par leur grand-mère, Ada, car leur mère, éternellement enceinte, n'arrivait même plus à retenir le nom de tous ses enfants ni à s'en occuper convenablement. Veronica capte et recompose des images du passé, des images datant de la jeunesse de cette grand-mère qui avait sagement renoncé au grand amour de sa vie, décision dont les conséquences semblent avoir influé sur le sort de Liam. Liam, lorsqu'il n'avait neuf ans, a vécu quelque chose dans la maison de sa grand-mère, dont Veronica aimerait à présent avoir su le protéger. Réussira-t-elle à en parler avec ses frères et soeurs, ou même avec leur mère, le jour des retrouvailles ? Retrouvailles est un roman qui parle d'amour et de déception, de désirs forts et de frustration, tout en procurant le plaisir d'une lecture littéraire de qualité. Anne Enright qui a reçu pour ce roman, en 2007, le prestigieux Booker Prize, appartient à cette tradition de rigueur artistique et de franc-parler irlandais qui, depuis toujours, est potentiellement explosif. "Et la vérité vous libérera" - comme le croyaient les premiers naturalistes.
Plus d'infos
ISBN / EAN 9782742782376
Publication date 2009-03-30 00:00:00
Auteur Anne Enright
Editeur Actes Sud
Roman, Romans, Litterature, Littrature francophone, Rayon marocain, Polars, Science fiction, fantasy, Théatre, Essais, Poésie - Books, Livres en anglais, Littérature étrangère, Livre Anglais, English Books, English Books - Manga Mangas Mangas en anglais, Manga shop, Magasin manga - BD, Bandes dessinées, Bande dessinée, Comics, BD enfant, BD Tout public - Livres pour enfants, Livre pour enfant, Littérature jeunesse, Jeunesse, Éveil 3-6 ans, 6-9 ans, 9-12 ans - Activités montessori - Livres scolaires, Manuels scolaires, Manuel scolaire, Scolaire, Pédagogie scolaire, Parascolaire, Pédagogie - Journaux, Magazines, Journal, sciences humaines, Entreprise, Psychologie, Informatique, Médecine - Dieu, Islam, Religion - Livres droit, Ouvrages juridiques - Librairie, Livres, Abonnement, Livraison à domicile © 2008-2022 M & M Strategy S.A.